Préparation maturité

Douzième année de préapprentissage

L'école des Arches, à Lausanne, propose une démarche active pour aborder l'entrée dans une profession

Notre projet : valoriser une année de transition

Une année de raccordement vers l'apprentissage (l'une des formes du préapprentissage) peut sembler 'perdue'. En fait, sur un marché parfois difficile où les places manquent mathématiquement, c'est souvent la concordance de compétences et d'attitudes face au monde du travail qui fait la différence. Notre projet de douzième porte sur cette concordance. Nous visons la construction des connaissances et savoir-faire scolaires demandés pour les parcours qui peuvent suivre. Mais comme l’humain est au centre de l’enseignement et du travail, il s’agit aussi d'agir sur les freins émotionnels qui limitent le potentiel de bien des élèves. Nous déployons des moyens sur plusieurs plans pour y parvenir:

Expérimenter ses méthodes, et de nouvelles méthodes de travail

Un temps est pris pour porter ce regard qui aide à changer, ou prépare le changement futur. Cette expérimentation est menée et intégrée dans les cours ordinaires, mais prend une dimension spéciale et exemplaire. Elle débouche sur un portfolio qui, s’il est bien réalisé, peut devenir un instrument à présenter à divers employeurs. C’est aussi un viatique pour des études ultérieures.

Se passionner

Les passions sont certes multiples, mais il existe des thèmes qui touchent presque tout le monde : ceux qui touchent à l’identité et à sa place dans la société, à la protection de la nature, au développement personnel, à la justice (ou à l’injustice), à la paix. Ce sont des leviers qui permettent de s’investir dans un travail, de mesurer ses forces, de les accroître. Ces leviers peuvent mener aux projets individuels.

Choisir des projets

boussoleLa douzième année doit présenter des enjeux, car sur le plan scolaire une année de transition ne présente pas tous les repères habituels. L’année est donc traversée par des projets, qui font l’objet d’évaluations et d’approfondissements. Ce sont également de bonnes préparations aux mémoires qui sont demandés par la suite, tant dans les écoles générales que professionnelles. Les projets sont également liés au portfolio individuel et peuvent constituer des atouts pour un parcours ultérieur. Il y a des projets modestes mais aussi de plus grands, tels la préparation aux examens d’entrée au gymnase ou la réussite d’un examen de langue étrangère. Il y en a de symboliquement forts, tel le fait de bien réussir dans une branche jusque-là toujours redoutée.

S’exprimer et s’améliorer

Par l’écriture, par la voix, par le geste (en atelier de théâtre), par le mouvement (en sport), par le chant ou dans une langue étrangère, chacun gagne à améliorer son expression. Les combinaisons d’outils sont possibles, par exemple pour préparer un dossier écrit de recherche d’apprentissage et les entretiens d’embauche qu’on espère décrocher.

Mesurer, se mesurer

L’opinion du professeur est sans doute nécessaire pour déclarer que le problème de maths a été résolu correctement, mais l’opinion de l’élève est tout aussi intéressante pour savoir si un projet a été utile ou si un atelier théâtral a porté les fruits qu’on en attendait. Chacun doit apprendre à poser des critères de réussite par avance pour tout projet, à les évaluer (pour soi et pour d’autres), à pratiquer cela souvent. Le fait de mesurer doit devenir un outil de progrès et une expérience acceptée, non un obstacle, encore moins une terreur blanche. En aimant faire, en sachant le dire, en acceptant le regard des autres, on peut aborder sereinement l'apprentissage.